MAISON EN PAILLE : TOILETTES SECHES

La consommation d’eau étant un sujet qui interpelle bon nombre de personnes, les toilettes sèches ont le vent en poupe ! Il est vrai que gaspiller de très nombreux litres d’eau “potables”, pour nos besoins naturels, tient de l’inconscience. Il existe des toilettes dont l’utilisation ne gaspille rien … Mieux, la sciure de bois absorbe et “capture” les odeurs … Vous gagnerez a découvrir LES TOILETTES SECHES, qui font l’objet d’une étude de l’association Française Empreinte. Cette étude, répertorie les utilisateurs par départements et devinez quelle région remporte la palme ? Une nouvelle fois c’est la Bretagne qui compte le plus de constructeurs de maisons en paille, ainsi que le plus grand nombre d’utilisateurs de toilettes sèches !

toilette-paileCi dessous je vous propose de découvrir la carte de France des utilisateurs de toilettes sèches, si vous cliquez sur l’image, vous irez sur le site de l’association Empreinte, où de nombreux témoins détaillent leurs anciennes suspicions, leurs anciens doutes et finalement leurs bonnes surprises et leurs diverses satisfactions … bonne visite

Livre – Les clés de la maison écologique

Le Coin Lecture expose clairement le pourquoi et le comment de l’habitat écologique.
Du respect de l’environnement jusqu’à l’autonomie en énergie, en passant par l’utilisation de matériau écologique, chacun peut mettre en oeuvre, à son niveau, les conseils donnés dans cet ouvrage.

Celui-ci se découpe en trois parties : la première tente de répondre à la question pourquoi une maison écologique ? La seconde expose les différentes réponses écologiques dans l’habitat autant dans le domaine de la construction proprement dite que dans celui de la gestion des déchets ou de l’eau à la maison. Enfin, la dernière partie présente succintement les interlocuteurs et acteurs de la construction écologique, ainsi que les démarches pour construire ou rénover écologiquement.

C’est un ouvrage d’initiation destiné aux personnes novices dans le domaine. Première approche de l’habitat écologique, à compléter par d’autres lectures.

Livre – Les clés de la maison écologique
éditions saphira
157 pages
Format : 15 x 21 cm
Prix : 14 euros

 

entretien de la maison : le compostage

Les étapes du compostage :  suite de notre dossier sur le compostage

 D’abord, le tri sélectif est réalisé. Puis les matières organiques collectées sont entreposées dans un lieu défini (à défaut de place,construire ou acheter un bac composteur). Ensuite, il faut retourner régulièrement le compost afin d’obtenir un mélange bien aéré ce qui permet aux micro-organismes qui dégradent les matières organiques, d’avoir suffisamment d’oxygène. Cela évite les mauvaises odeurs. Ce brassage fréquent permet une transformation régulière du compost. Pour les personnes pressées, on peut supprimer le brassage à condition d’alterner les couches compactes et les matières plus volumineuses qui permettront l’aération du compost. Pour y intégrer des déchets volumineux, il faut d’abord les couper en morceaux.

 Il faut ensuite surveiller l’humidité, il ne faut pas que le compost soit trop ou pas assez humide. Cela peut entrainer la production d’odeurs nauséabondes en cas d’excès ou arrêter le processus de dégradation dans le cas contraire.

 Au bout de 6 mois/1 an, le compost est mûr. Avant de l’utiliser, il faut faire un léger tamisage. Les matières non dégradées pourront retourner quelques mois de plus dans le compost.

   Le matériel :

compostPeu d’équipement comme dans l’Eco-emballage : il vous faudra une fourche pour pouvoir retourner votre compost et un bac de récupération pour les déchets organiques.

 Le compostage en tas :

 Les déchets sont regroupés en tas à même le sol.

 Avantages :

 – Pas de limitation de volume,

 – Déchets accessibles et visibles (meilleure surveillance),

 – Gain de temps,

 – Aération naturelle plus importante,

 – Nécessite peu voir pas de matériel.

 Inconvénients :

 – Attire les animaux

 – La vue

 – Processus de dégradation irrégulier à cause de la météo (pluie, vent,…)

 Le compostage en bac :

 Il s’agit de mettre son compost dans un bac en bois, plastique ou métal en forme de silo à acheter ou fabriquer soi même.

 Avantages :

 – Décomposition est homogène (le compost est à l’abri),

 – Les déchets sont hors de portée des animaux,

 – Gain de place,

 – Compostage plus rapide.

   Inconvénients :

 – Nécessite plus de temps pour s’en occuper,

 – Uniquement petit volume ou plusieurs bacs

 – Brassage plus difficile.

 En conclusion, les clés de la réussite pour est bon compost, c’est un tri judicieux, c’est respecter quelques petites règles mais surtout c’est de bien le surveiller !

entretien de la maison : le compostage

Le compostage des déchets verts, est un excellent moyen de réduire le volume de nos poubelles et produit un bon fertilisant. C’est un geste écocitoyen !

Nous sommes confrontés à l’heure actuelle à un gros problème de société : Que faire de nos déchets ?

 La plupart d’entre nous effectuent déjà le tri sélectif. C’est déjà bien. Mais ne pouvons nous pas faire un peu plus  ?

compost1 En effet, nous pouvons constater que dans la poubelle « noire », il reste pas mal de déchets organiques que nous pouvons valoriser en compost. Ces déchets organiques, représentent environ 30% du contenu de notre poubelle.

 Le compostage permet de transformer nos déchets organiques biodégradables en terreau fertile pour le jardin, les jardinières et même les plantes d’intérieur.

   1/ Quels sont les avantages ?

 Cela permet de :

  • diminuer le volume des ordures ménagères à traiter par incinération ou stockage,

  • réduire les coûts d’évacuation, de transport et de traitement des déchets,

  • réduire les émissions de CO2 et les dépenses énergétiques liées à ces transports,

  • obtenir un terreau fertile naturel et gratuit fait maison (pas de transport pour aller l’acheter en jardinerie).

  2/ Quels sont les déchets compostables ?

 Les déchets de cuisine : épluchures et fanes de légumes, coquilles d’œufs brisées, marc de café, filtre papier, restes alimentaires (éviter la viande), fruits abîmés….

  • Les déchets du jardin : gazon tondu, fleurs fanées, mauvaises herbes (éviter les plantes malades et les graines)….

  • Divers : mouchoirs en papiers, cartons (non souillés par des produits chimiques), sciures, copeaux, cendres (éviter le bois de charpente ou de menuiserie car traitements chimiques)…

maison pratique : poser une tringle à rideaux entre deux murs

Préparation

La pose entre deux murs est légèrement différente de la pose au mur : la longueur de la tringle nécessaire est alors égale à la distance entre les deux murs moins l’épaisseur des supports.

La tringle doit être positionnée à au moins 5 centimètres au-dessus de la fenêtre. Et elle doit se trouver à une distance de 10 à 15 centimètres du mur.

A l’aide d’un niveau à bulle et d’une règle, tracez un trait horizontal puis vertical afin de définir l’emplacement des supports en partant du mur et du plafond.

Il existe différents types de support pour lesquels les règles générales de pose sont identiques.

Réalisation

  1. Percez les trous de fixation du support en utilisant une mèche adaptée.

  1. Positionnez les supports et fixez-les au mur à l’aide de chevilles et de vis.

  1. Enfin, placez la tringle sur les supports.

Bon à savoir

  • L’emplacement de certains objets près des rideaux pourrait gêner si les mesures conseillées ne sont pas respectées.

  • Avant d’acheter les rideaux et la tringle, veillez à bien prendre les mesures.

Comment construire un mur en parpaings

Introduction

Vous voulez ériger une cloison en parpaing et vous ne savez pas comment procéder.

Le parpaing offre plusieurs avantages : isolation acoustique et thermique, solidité et faible coût. cet article fait suite aux conseil pour construire une déco de maison

mur

Traçage

  1. Faites un repère au sol de votre cloison.

  2. Fixez les profilés en acier sur le mur dans l’alignement des repères et vérifiez la verticalité avec un niveau à bulle.

  3. Au niveau du sol, reliez les deux profilés par un cordeau qui permettra de faire un tracé au sol.

  4. Puis détachez-le et tendez-le entre deux parpaings posés contre chaque mur afin de bien aligner la première rangée de parpaings

    Préparation du mortier

    Vous pouvez acheter un mortier prêt à l’emploi ou le faire vous-même. Pour cela :

    1. Comptez 1 volume de ciment pour 4 volumes de sable.

    2. Ajoutez l’eau au fur et à mesure jusqu’à ce que le mélange soit homogène et pas trop fluide.

    3. S’il s’effrite, rajoutez un peu d’eau en veillant à ce que le mortier soit compact.

    Alignement des premiers parpaings

    1. Etalez le long du repère au sol et à l’aide d’une truelle, un lit de mortier.

    2. Posez du parpaing sur le côté du mur et contre le profilé.

    3. Tapotez avec un maillet en caoutchouc pour bien le placer.

    4. Enlevez le mortier débordant des parpaings tant qu’il est humide. Et réitérez l’opération.

    5. Pensez à fixer dans les profilés une entretoise au bout de chaque rangée et noyez-la dans le mortier. Cela assurera la liaison entre la cloison et le mur adjacent.

    6. Vérifiez l’horizontalité avec un niveau à bulle.

    7. Vous serez sûrement amenés à découper un parpaing pour finir la rangée. Pour cela, utilisez une meuleuse électrique ou un marteau de maçon.

    Elévation

    1. Placez le cordeau à hauteur de la deuxième rangée pour garantir un alignement parfait.

    2. Posez un parpaing découpé sur un parpaing entier afin d’alterner les joints de mortier.

    3. Vérifiez la verticalité et l’horizontalité avec un niveau à bulle.

    4. Posez une entretoise au bout de chaque rangée qui sera noyée dans le mortier.

    5. Poursuivez l’opération jusque 5 ou 6 rangées et laissez sécher. Puis reprenez le lendemain.

    Bon à savoir

    Pour éviter toute remontée capillaire, mettez un hydrofuge dans le mortier surtout pour une pièce humide.

    Matériel : auge, truelle, taloche de maçon, fil à plomb, marteau, maillet, niveau à bulle, cordeau à tracer, cordeau, mélangeur et perceuse.

    Matériaux : profilée, parpaing, mortier(ciment, sable et eau), produit hydrofuge.