RT 2012 : un pas de plus vers l’habitat écologique !

La réglementation thermique (RT) : une réalité bientôt quarantenaire

En 1973, suite à une décision de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), le monde fut ébranlé par un violent choc pétrolier, une crise énergétique qui conduisit les gouvernements à repenser rapidement la gestion des ressources. Ainsi, dans ce marasme économique et diplomatique, l’on vit rapidement apparaître la première réglementation thermique : la RT 1974. L’objectif était alors simple et clair : réduire d’un quart la consommation d’énergie des bâtiments, afin de contrebalancer l’envolée des prix des hydrocarbures…
Depuis lors, les RT se succèdent et se complexifient, appuyées par une problématique environnementale toujours plus prégnante. Mais toutes ces mesures sont-elles efficaces ?

Qu’est-ce que la RT 2012 ?

Fruit du Grenelle Environnement, la RT 2012 est la nouvelle référence en matière de consommation énergétique pour les bâtiments. Entrée en application le 28 octobre 2011 pour les logements en zone ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine), les bureaux, les locaux d’enseignement, et les structures d’accueil dédiées à la petite enfance, elle remplace naturellement la RT 2005. À noter tout de même qu’elle ne sera totalement effective qu’à partir du 1er janvier 2013, lors de son application aux bâtiments résidentiels hors zone ANRU.
Fidèle aux principes de base de la norme BBC 2005 (Bâtiment Basse Consommation), la RT 2012 va toutefois plus loin. Parmi les changements les plus drastiques, on peut notamment citer la division par trois de la consommation énergétique primaire des bâtiments neufs, cette dernière passant alors de 150 kWh/m²/an à 50 kWh/m²/an. Une belle réduction qui a de quoi décrocher un sourire aux écologistes…
Petite précision, enfin : tout comme les précédentes réglementations thermiques, la RT 2012 s’articule autour des postes traditionnels pour la réalisation des économies d’énergie. Par « postes traditionnels », on entend bien sûr le chauffage, la climatisation, la production d’eau chaude sanitaire, et l’éclairage.

Quel avenir pour cette nouvelle réglementation ?

La RT 2012 répond à une nécessité contemporaine qui est celle de l’économie d’énergie, et plus largement celle de la protection environnementale. Véritable dispositif législatif au service de la planète, la RT 2012 a donc indubitablement de beaux jours devant elle.
Compte tenu de la rigueur accrue des mesures déployées, l’on peut d’ailleurs imaginer avec optimisme que cette nouvelle réglementation entraînera une certaine fièvre innovatrice accélérant le développement de technologies performantes énergétiquement, en plus de contribuer logiquement à l’atténuation de l’effet de serre.
La RT 2012 est aussi une transition vers une RT 2020 qui ira, à n’en pas douter, beaucoup plus loin encore…

Une réflexion au sujet de « RT 2012 : un pas de plus vers l’habitat écologique ! »

  1. rappel :Les économies d’énergie dans la construction immobilière ont été encadrées par la réglementation thermique (RT 2005, puis RT 2010).

    Depuis le 1er septembre 2006, un diagnostic de performance énergétique (DPE) doit être réalisé lors de la vente de toute construction et joint à l’acte de vente. De même, depuis le 1er juillet 2007, un DPE doit être annexé au bail pour toute location.

    Au 1er janvier 2011, la loi Grenelle 2 complète ce dispositif et impose, sur les offres de vente ou de location, que la consommation énergétique soit précisée par lettre (ex : A,B,C,D)

    Les annonces immobilières devront mentionner la performance énergétique du logement à vendre ou à louer. L’étiquette énergétique, comme pour l’électroménager, est graduée de A à G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *