Faire des joints de carrelage 2

N’hésitez pas à en préparer une quantité importante (de quoi couvrir toute la pièce, par exemple). Le délai de séchage laisse amplement le temps de travailler et de rectifier les premières hésitations.

 Laissez reposer le mélange une demi-heure environ.

  • Pendant ce temps, vérifiez soigneusement que la colle du carrelage n’a pas débordé entre les carreaux, ce qui gênerait le tirage des joints. Au besoin, faites sauter les bavures au moyen d’un petit burin ou d’un vieux tournevis.
    Attention de ne pas détériorer le carrelage ou desceller les carreaux.

 Important : si vous avez ajouté à votre mortier à joints beaucoup de pigments, il est conseillé de protéger votre carrelage contre l’incrustation du colorant. Vous trouverez, dans les magasins spécialisés, des produits de protection à appliquer sur le carrelage avant la pose du mortier.

 2. Couler le mortier et garnir les joints

Au sol

  • Déversez le mortier à joints sur le sol.

  • Etalez-le grossièrement avec une raclette ou une taloche en caoutchouc par surfaces d’1 à 2 mètres carrés.

Au mur

  • Déposez le mortier au mur avec une truelle.

  • Avec une raclette en caoutchouc, faites des mouvements de haut en bas pour bien faire rentrer le joint dans les interstices.

  • Faites ensuite un second passage en effectuant des mouvements latéraux.

  • Lorsque l’ensemble de la surface est à peu près couvert, peaufinez le remplissage des joints en tirant la raclette en diagonale, de manière à ne pas creuser à certains endroits plus qu’à d’autres.

Le joint doit affleurer la surface du carreau. Autant que possible, essayez d’enlever au maximum le mortier sur le carreau lui-même, ce qui simplifiera d’autant le nettoyage à venir.

Faire des joints de carrelage

carrelageLa réalisation des joints est la dernière étape de la pose d’un carrelage au sol ou au mur. L’opération, qui consiste à boucher les interstices entre les carreaux, permet d’empêcher l’eau de s’infiltrer, mais elle assure également la finition décorative. Vous pouvez en effet jouer sur les coloris ou le relief des joints. Explications.

Préparer le mortier à joints

Les joints (sol et mur) se réalisent avec du mortier à joints pour carrelage. Celui-ci se présente sous forme de poudre vendue par sacs de 1 à 25 kg.
Il en existe différentes sortes :
– des mortiers fins composés de ciment blanc ou gris adaptés à tous les usages classiques ;

– des mortiers techniques contenant des substances spécifiques renforçant la résistance des joints : joints pour trafic intense, joints souples absorbant les chocs, résistance aux nettoyages fréquents, joints spécial piscine.

A savoir : les mortiers à joints existent aujourd’hui dans une palette de couleur allant du blanc à l’ocre. Toutefois, les teintes peuvent être modifiées par l’adjonction de colorants spéciaux.

Préparer le mortier à joints

  • Dans une grande auge ou un seau, versez en pluie la poudre dans l’eau.

  • Travaillez le mélange à la truelle jusqu’à avoir supprimé tous les grumeaux.
    La colle doit avoir la consistance finale d’une épaisse pâte à crêpes et s’écouler de la truelle.

S’offrir un dressing… rangé

Optimiser l’organisation de son dressing, rien de plus simple : porte-pantalons escamotable, tringle rabattable, tiroirs à ouverture complète… Les astuces ne manquent pas pour adapter l’espace à tous vos besoins.

dressingLe rangement est devenu votre bête noire ? Pas de panique ! Il existe aujourd’hui des solutions pour remettre de l’ordre dans vos placards, voire y gagner de la place.
Mais avant de tout réorganiser, il faut définir correctement ses attentes.
Le mot dressing est un peu galvaudé. Aujourd’hui, on entend par là soit une pièce à part entière dédiée au stockage des vêtements et accessoires, soit un linéaire XXL qui permet d’exploiter toute la hauteur sous plafond”, explique Annie Kruse, styliste chez Ikea.

À l’américaine ?
En fonction de l’espace dont on dispose et du volume dont on a besoin, on choisira donc la disposition optimale. D’ailleurs, comme le remarque Mme Zeot pour Kazed, “même si le dressing à l’américaine (une pièce dédiée au rangement) fait rêver, l’option linéaire fermé par des portes coulissantes se révèle très esthétique et fonctionnelle aussi. Elle est d’ailleurs plébiscitée comme un réel gain d’espace”.

le bambou dans le jardin

Il existe plusieurs sortes de bambous, après un focus sur les usages du bambou à la maison, lisez ces quelques conseils avant de choisir ceux que vous allez planter dans votre jardin.

bambou-jardin

Types de bambous

– Les bambous nains (pas si nains que ça puisqu’ils peuvent atteindre 1m50 de haut) sont très décoratif, leur feuillage reste toujours de la même couleur, sauf certaines espèces qui changent en fonction des saisons. Mais les couleurs des feuilles restent toujours très jolies (vert, crème ou brun). Cette variété de bambou s’utilise principalement en couvre sol, elle peut remplacer le gazon dans certaines situations. L’entretien se réduit à deux coupes par an.
– Les petits bambous (1.50 à 3 m), souvent utilisés pour former des massifs, sont aussi bien dans un petit jardin que dans un grand. Ils s’accordent parfaitement à une terrasse ou un balcon.
– Les bambous moyens (de 3 à 9m de haut) s’utilisent pour créer des haies, des brises vues et apportent un côté zen au jardin dans lesquels ils sont plantés.
– Les bambous géants (plus de 9m de haut) ne se plantent que très rarement dans les jardins.

Petites astuces pour l’entretien de votre bambou :

La meilleure période pour planter un bambou est la fin de l’été (aout à novembre) car la terre, réchauffée par le soleil d’été favorise leur installation.
Le bambou est mis dans un conteneur qui lui-même est plongé dans un sceau d’eau pendant deux heures pour bien imbiber le substrat et de pouvoir plus facilement desserrer les racines. Faite ensuite un trou deux à trois fois plus grand que le volume du conteneur et si vous voulez, mettez un engrais complet organique au fond.
Pensez à taillez vos bambous pour supprimer les chaumes les plus vieux et aérer la plantation. Pour les bambous nains, la taille consiste à tout couper au niveau du sol.

Livre : le b.a.-ba de l’habitat écologique

On n’aura pas de mal à nous accuser de copinage pour cette note de lecture puisque l’auteur du livre n’est autre que le rédacteur du dossier du présent numéro et le correcteur attitré, mais néanmoins indépendant, de notre magazine.

Sylvain a compilé tout ce qu’il sait sur l’habitat écologique, mais pas sur un mode expert. Le livre est au contraire, comme son titre l’indique, une grande introduction à la question. Il brosse rapidement tous les aspects de ce qui définit une maison écologique, du choix du terrain aux économiseurs d’eau. Mais il n’entre pas dans les détails, que nous déclinons ici à longueur de numéro.

Une sorte d’Habitat écologique en livre pour débutants à offrir à qui a entendu parler de ces choses-là sans avoir encore cerné de quoi il retournait.

Livre : le b.a.-ba de l’habitat écologique Sylvain Moréteau
Editions Saphira –   01 53 26 34 40
Paru le 01/02/2009

Le « Toit Bleu » photovoltaïque de Montreuil-sous-Bois

Le toit solaire photovoltaïque ( le “ Toit Bleu “), situé au-dessus des bureaux du CLER (Comité de liaison énergies renouvelables) à Montreuil-sous-Bois (93), a été raccordé au réseau EDF le 9 avril 2002. Il vient donc de fêter ses cinq années de connexion. En cinq ans, ce sont 110 000 kWh qui ont été produits par cette installation de 220 m² de capteurs.
toit-bleuLe toit photovoltaïque a dépassé les prévisions de production. Alors que les estimations s’élevaient à environ 20 MWh par an, la production annuelle effective a été d’environ 21,62 MWh (moyenne établie sur les productions des quatre années pleines : 2003 à 2006).


Le “ Toit Bleu “ a été réalisé à une époque difficile pour les énergies renouvelables en général, et pour le photovoltaïque en particulier. Le CLER se félicite de constater que cette installation a participé à l’évolution du contexte, devenu depuis beaucoup plus favorable avec, notamment, le crédit d’impôt pour les particuliers, la mise en place du tarif d’achat de l’électricité photovoltaïque à 30 c€/kWh, voire 55 c€/kWh, etc. Quelques barrières demeurent toutefois comme, par exemple, le temps d’attente pour la connexion au réseau.
Les 21,62 MWh de production annuelle du “ Toit Bleu “ représentent l’équivalent de la consommation électrique de plus de 6 familles chaque année, chauffage et eau chaude sanitaire non compris.


L’ installation du toit solaire de Montreuil-sous-Bois a coûté 150 000 € HT. Elle a été financée par l’Union européenne (35 %), la région Île-de-France (20 %), l’OP-HLM de Montreuil (15 %), l’ADEME (15 %), le Département de Seine-Saint-Denis (10 %) et Greenpeace (5 %). Le “ Toit Bleu “ appartient à l’OP-HLM de Montreuil. Il concerne un bâtiment de 4 étages comportant 11 logements et une plate-forme bureautique de 6 associations