La ville 3.0 : la ville sensible

On l’a vu avec l’Ubiboard, l’informatique ambiante est sensible à ma présence, capable de détecter mes préférences et de s’y soumettre, dès lors qu’elles figurent dans mon téléphone portable, pda ou tout autre « device ». Il s’agit ici d’une sensibilité limitée dans l’espace, celui qui a précisément fait l’objet d’une programmation « spatiale » spécifique par les ingénieurs de l’Inria. Seule mon intrusion dans ce lieu, délimité par la portée de la bulle wi-fi, bluetooth ou Rfid associée à l’objet, déclenchera une interaction.

ville

La ville augmentée, et sa machinerie numérique, favorise l’émergence de nouvelles sensibilités urbaines. Nos rapports aux lieux, aux objets, aux immeubles, à l’espace public changent. L’exploration de ces nouvelles sensibilités  mobilise de nombreux artistes, architectes, urbanistes et designers. Une étudiante de l’Ensci, a présenté un ensemble de projets ou réalisations traitant de ces liens nouveaux entre TIC et espace public. Comme « Colour by numbers », une installation interactive suédoise, consistant à installer sur une ancienne tour de télécommunications un éclairage interactif, qui varie en fonction des trajectoires des passants, et des sms que ces derniers peuvent envoyer. Dans le même esprit, on a aussi joué une partie de Tetris sur un immeuble, écrit sur une facade, écouté un message dans un mur, et joué au loup numérique dans la ville (le 1er qui est géolocalisé et tagué a perdu).

On peut vouloir prendre la main sur les façades et les immeubles, on peut aussi, comme à Tokyo près de la gare d’Osaki,  se laisser surprendre par un sol réactif, quadrillés de capteurs sensibles au poids et de leds, propageant à votre passage une série d’ondes lumineuses et de vibrations sur l’espace environnant, physique et liquide. Ce dialogue sensuel avec le sol et l’environnement urbain a été conçu pour apporter un peu de sérennité aux voyageurs stressés qui peuplent ce hub territorial.

Médiatisées par les prothèses numériques urbaines, Internet mobile ou immobiles, le citadin accède à de nouvelles perceptions augmentées. Le jogger peut connecter son Ipod au capteur embarqué dans sa basket, et surveiller sa vitesse, la distance effectuée, le temps de course. Le flaneur peut capter des traces sonores déposées par d’autres sur des audio-tags. A partir d’une cartographie émotionnelle, le curieux peut voyager dans la ville subjective.